Alessandro Calcagno

Année européenne des Citoyens 2013 : c’est parti !

europeinfos
Une enquête récente a révélé que de nombreux citoyens européens ne sont pas correctement informés au sujet des droits découlant de leur citoyenneté européenne. L’Union européenne a l’intention de s’attaquer à ce problème.

citoyensL’Union européenne fête le vingtième anniversaire de l’établissement de la citoyenneté européenne en consacrant l’Année européenne 2013 à ceux à qui elle appartient : les citoyens de l’Union eux-mêmes ! La citoyenneté européenne est conférée à tout ressortissant d’un Etat membre et s’ajoute, sans la remplacer, à la citoyenneté nationale. La Charte des Droits Fondamentaux de l’Union européenne fait référence à un certain nombre de droits essentiels des citoyens : le droit de vote et d’éligibilité aux élections parlementaires européennes et aux élections municipales, le droit à une bonne administration, le droit d’accès aux documents, le droit de saisir le Médiateur de l’Union européenne et le droit de pétition devant le Parlement européen, le droit à la liberté de circulation et de séjour et le droit de bénéficier d’une protection diplomatique et consulaire.

Le principal message contenu dans la Décision qui établit l’Année européenne des Citoyens, c’est que l’Union européenne va générer des efforts de sensibilisation considérables et stimuler au maximum le débat autour de la citoyenneté européenne et des droits et responsabilités qui y sont attachés. Le défi consiste dans le fait que le thème ne pouvait pas être plus large : un élément qui se traduit dans le nombre de facteurs mentionnés dans le texte (par exemple, la liberté de circulation, les soins de santé, les droits des passagers et des consommateurs, la sécurité des produits, le multilinguisme et la reconnaissance des qualifications professionnelles).

Liberté de circulation : une priorité incontournable

La Décision européenne a placé à juste titre les projecteurs sur le droit des citoyens de circuler librement. Ceci veut également dire que les initiatives porteront aussi sur tous les autres droits qui découlent de la citoyenneté de l’Union lorsque les citoyens européens exercent leur droit de circuler et de séjourner librement dans un autre Etat membre. Les réflexions relatives à l’Année européenne des Citoyens vont également porter sur la levée des « obstacles » à l’exercice de ces droits. Les difficultés auxquelles sont confrontés un nombre important de citoyens en circulant sur le territoire de l’Union européenne méritent tout particulièrement d’être l’un des points forts de cette Année européenne : l’Union européenne insiste sur le fait que l’obstacle principal est le manque de sensibilisation, mais les problèmes peuvent également être plus profonds et ne pas uniquement entraîner des difficultés mais souvent aussi causer de la détresse (par exemple, des obstacles persistants en matière de sécurité sociale). En même temps, les initiatives devraient s’efforcer d’aller « au-delà de la liberté de circulation » de façon à ce que cette question n’éclipse pas d’autres questions tout aussi fondamentales.

Citoyenneté et démocratie

Suite à l’approche discutée plus haut, il faut également mettre l’accent sur la question capitale de savoir comment rendre nos démocraties « plus saines ». Ceci concerne aussi la nécessité de renforcer davantage la responsabilité démocratique ainsi que la transparence des institutions de l’Union européenne vis-à-vis de ses citoyens. Après tout, si le citoyen d’un Etat membre a le droit légitime de bénéficier des institutions de son pays d’origine et exige beaucoup d’elles, pourquoi ceci ne s’appliquerait-il pas aussi aux relations entre chaque citoyen de l’Union et les institutions européennes ? Ces exigences et ces attentes des citoyens seraient également justifiées si l’on considère l’impact toujours croissant des actions de l’Union sur leur vie. En outre, l’intérêt des citoyens et leur confiance dans la politique et les institutions doivent être ravivés. L’Union européenne a pris des mesures pour que les citoyens européens puissent devenir plus facilement candidats aux élections européennes dans un autre Etat membre. Le revers de la médaille est la participation aux élections européennes, qui a montré des tendances décevantes : la clé à cet égard réside dans la qualité des candidats ainsi que dans la perception de l’Union européenne et de ses institutions par les citoyens.

Pages: 1 2

You may also like...